Historique de l'établissement (1816-2017)

En 1816, la communauté des Sœurs de St Joseph achète une ancienne maison rue d'Italie. Une école primaire s'installe avec un internat (pour accueillir des enfants de familles modestes). Plus tard, les Sœurs prendront en charge des orphelines de Chambéry.

En 1845, les Sœurs décident d'ouvrir une salle d'asile « Les oisillons » pour les petits enfants (2 à 7 ans) des familles ouvrières. Ils y passent toute la journée et reçoivent une formation religieuse, les premières notions de lecture, écriture, calcul, musique, dessin...

L'œuvre rencontre un tel succès, qu'en 1855 les Sœurs doivent acheter aux hospices civils un terrain pour y construire un vaste bâtiment (actuellement l'école primaire et le lycée Ste Geneviève) qui abritera au RDC la salle d'asile (500 enfants) et deux autres écoles : maternelle-primaire (à l'époque Ecole Saint Louis et Ste Geneviève), secondaire (= collège) côté place du Théâtre et qui s'appelait « Ecole secondaire Jeanne d'Arc ».


Au fronton du bâtiment (lycée actuel) le sculpteur VALLET exécute gracieusement un bas-relief représentant Jésus au milieu d'enfants.


Avant l'annexion de la SAVOIE à la FRANCE, dans le vaste enclos des Sœurs de St Joseph, 1 200 jeunes reçoivent une éducation en rapport avec leur condition comme c'est l'usage alors. Les Princes Humbert et Amédée de Savoie les visitent et leur témoignent toute leur satisfaction. L'année suivante, après le rattachement de la Savoie à la France, c'est l'Impératrice Eugénie (épouse de Napoléon III) qui exprime son admiration pour une œuvre d'éducation qui touche surtout les classes modestes et même pauvres.

Les lois de séparation de l'Etat et de l'Eglise de 1905 entraînent le départ des Sœurs et l’embauche de laïcs.



Un remaniement de la carte scolaire de Chambéry (1951) amène la fusion de l'école secondaire Jeanne d'Arc et de Notre Dame du Rocher. Ne restent alors boulevard du Théâtre que les classes primaires de l'école Jeanne d'Arc et un petit internat qui prennent le nom de « Petit Notre Dame ».




Sous l'impulsion de Sœur Elisabeth SAVOYEN, la direction diocésaine décide d'ouvrir un cours commercial. Le « Petit Notre Dame » fusionne avec les classes primaires et complémentaires de Sainte-Geneviève.

En 1968, le cours complémentaire de Ste Geneviève est transféré au Rocher. Ne restent à Sainte Geneviève que les classes primaires et le cours d'enseignement technique qui se développent ; plusieurs classes dites de perfectionnement sont ouvertes.

Depuis 2011, l'établissement a continué à investir :
- 2011 : Création de 2 salles de classe et installation d'un ascenseur pour le R+1,
- 2012 : aménagement d'un self dans les locaux de la restauration,
- 2013 :
Mise aux normes de sécurité incendie
- 2014 : changement des fenêtres de l'établissement pour une meilleure isolation,
- 2015 : Nouvelle entrée des élèves et bureau de la vie scolaire,
- 2016 : aménagement d'un magasin d'application pour les filières MRC,



L'année 2017 sera consacrée aux mises aux normes de sécurité-intrusion (caméra, PPMS sonore), de aménagement d'une salle spécialisée pour le nouveau CAP ECMS.